Expérience pour aborder le complotisme avec des élèves de Première et Terminale

, par Severine Gadaud

Depuis deux ans, dans le cadre de l’EMC, nous proposons aux élèves une séquence visant à les faire réfléchir sur les théories du complot. Pour éviter de tomber dans un discours moralisateur, qui aurait risqué de ne pas être constructif, nous avons imaginé une activité dans laquelle les élèves pourraient eux-mêmes expérimenter ce phénomène informationnel, soit dans la peau d’un complotiste, soit dans la peau d’une « victime ». Cette séquence a été réalisée l’an dernier dans une classe de 1ES, une classe de Terminale L et une classe de Terminale ES. Cette année, nous avons choisi de reproduire l’expérience uniquement en Terminale. Les séances ont été co-animées par Séverine Gadaud, professeure-documentaliste et Arnaud Taurines et Nathalie Coste, professeurs d’histoire-géographie, avec la complicité du gestionnaire et sous couvert du chef d’établissement.

L’expérience consiste à construire un complot sur le lycée, puis à le faire éclater dans une classe, pour étudier les leviers utilisés pour le rendre crédible. L’an dernier, nous avions imaginé que les nouvelles machines servant à réserver et payer la cantine étaient en fait prévues pour enregistrer des données personnelles sur les élèves, alimentant ainsi les dossiers des services de renseignement. Cette année, nous avons transformé notre gestionnaire en chef de la confrérie des illuminatis du lycée, dont la mission était de recruter de nouveaux adhérents.

La séquence se déroule en trois étapes :

  • Durant la première étape, les séances se déroulent en demi-classe. Seul l’un des groupes travaille sur le complotisme, l’autre travaille sur un autre sujet. Quand c’est possible, les groupes sont constitués par les enseignants, en fonction des personnalités des élèves et de leur facilité à prendre la parole et à s’impliquer dans la démarche. Ces deux premières séances visent à se familiariser avec les notions de complot, complotisme, complotiste ; puis de les contextualiser dans l’Histoire de la longue durée, notamment à travers l’exemple des Protocoles des Sages de Sion. Ensuite, les élèves se sont lancés de la construction de l’argumentaire visant à rendre crédible le complot proposé par les enseignants. Au terme de ces deux séances, des élèves ont confié se prendre au jeu, et ont réalisé combien il est facile d’apporter une interprétation erronée d’un document et combien il est facile d’y croire : En échangeant avec un élève à la fin de la deuxième séance, celui-ci nous confie ressentir une sensation de “vertige”, une sorte de peur, car tout en sachant que les arguments étaient de pure invention, il trouvait cela très crédible, et finissait par se laisser convaincre de son propre complot.
  • La deuxième étape se déroule en classe entière : Alors que le cours commence normalement, le gestionnaire du lycée fait irruption de façon très solennelle dans la salle en annonçant qu’il venait démentir une rumeur qui enflerait dans le lycée. Dès lors, les élèves « comploteurs-complotistes » revendiquent la véracité de la rumeur, à partir des arguments travaillés en classe. Le débat s’installe et chacun est libre de prendre la parole. Quand le débat s’essouffle, nous révélons la supercherie. Nous invitons chaque élève à réfléchir pour lui-même sur ce qui lui a permis de se forger un avis afin de mettre en évidence les leviers qui ont influencé la croyance (ou non) de chacun. Nous échangeons longuement et expliquons ces leviers.
  • La troisième étape est la production par les élèves d’un document restituant l’ensemble des connaissances abordées pendant la séquence. Pour cela, nous leur avons proposé de réaliser une carte heuristique collaborative.

Les ressentis des élèves :

Au terme de l’expérience, nous avons recueilli les réactions des élèves :

  • Un élève nous a dit s’être senti mal à l’aise lors de cette expérience, car le travail mené le touchait profondément, « dans l’intime » selon sa propre expression.
  • Beaucoup ont été amenés à réfléchir sur leur place dans la classe : leur crédibilité comme comploteur, le statut du « bon élève » que l’on croit plus facilement, l’élève “tchatcheur” qui s’est lui-même contraint à la sobriété pour rendre les arguments du complot crédible car portés par des élèves dont le sérieux n’est jamais contesté.
  • Beaucoup d’élèves « abusés » ont exprimé leur désarroi devant l’idée que le lycée pouvait ne plus être un lieu de protection, qu’on pouvait leur « mentir » et éprouvaient un malaise face à cette « trahison ».
  • Un autre nous a demandé s’il y aurait d’autres expériences de ce genre dans l’année car la façon dont nous avions abordé le sujet lui semblait plus pertinent qu’un « cours normal » (sic).
  • Un autre élève a réinvesti presque immédiatement les connaissances vues ensemble lors de son oral blanc d’entrée à Sciences Po.
  • Dans l’ensemble, les élèves se sont montrés enthousiastes par la façon dont nous avons travaillé : Le sujet les intéresse, la méthode utilisée leur semble ludique, et faire l’expérience de ce phénomène informationnel était plus percutant.
  • Dans l’une des classes, une question est ressortie : “Pourquoi on fait ça ? A quoi ça sert ?”. En réponse, nous avons répondu par une autre question : “Est-ce que ce sujet vous intéresse ?”. Leur réponse, affirmative, nous a permis de conclure que c’était une raison suffisante.

Le retour des professeurs d’histoire-géographie :

Le déroulement des séances a en effet correspondu à nos attentes au sens où il s’agit, en EMC, de construire un savoir collectif basé certes sur des critères scientifiques et didactiques mais qui ne doit pas se présenter sous la forme du cours classique. A cet égard, l’expérience est réussie. Les élèves ont pu s’exprimer dans un cadre rigoureux mais qui leur laissait un espace de liberté d’expression suffisant. Le seul doute tient peut-être à la difficulté d’éviter l’écueil de l’artificialité de la mise en scène. Une question strictement technique mais qui a son importance pour la cohésion de la séquence.

Le retour du professeur-documentaliste :

En proposant cette séquence aux élèves, nous les mettions en situation d’expérimenter un phénomène informationnel. Nous sortions ainsi de la transmission déclarative. Et sur une question aussi vive que celle du complotisme, cela me semblait important. Effectivement, certains élèves se sont dits touchés “dans l’intime” (sic). Mais n’est-ce pas finalement le meilleur moyen de prendre conscience d’une situation que de la vivre ? Toutefois, cette séquence ne se fait pas dans n’importe quelles conditions ni avec n’importe quelle classe : Il est indispensable que la relation de confiance entre les professeurs et les élèves soit déjà bien établie et qu’il y ait une bonne cohésion de classe ; pour ne pas remettre en cause les relations professeur-élèves et élèves-élèves.

Ci-dessous les documents de la séquence :

Le détail de la séquence séance par séance :

Le diaporama du début de séquence :

Le diaporama de la fin du complot :

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Derniers articles RSS